top of page

HEC mag - Des données au service de l'efficacité énergétique

L’idée de créer Maxen a émergé lors de discussions de vestiaire. « Jonathan Boissonneault et moi jouions au football pour les Carabins. Il étudiait à Polytechnique et moi, à HEC Montréal. Nous cherchions tous deux à faire une différence pour lutter contre les changements climatiques. »


Les deux cofondateurs étaient notamment préoccupés par l’inefficacité des systèmes de chauffage et de climatisation dans les édifices commerciaux et industriels. Un secteur responsable de 11 % de la consommation énergétique au Canada. Le duo imagine donc une façon d’accroître l’efficacité énergétique des bâtiments afin de réduire leur empreinte écologique.


« Nous avons d’abord réalisé que la gestion de ces bâtiments produit des quantités astronomiques de données qui ne sont jamais exploitées. Nous avons donc travaillé avec l’industrie pour les structurer et les analyser. »


Aujourd’hui, Maxen permet de détecter et de prévenir les anomalies dans les systèmes de climatisation et de chauffage des grands bâtiments. « À titre d’exemple, il nous est arrivé de trouver des systèmes de climatisation et de chauffage qui fonctionnaient en même temps, à plein régime, pour réussir à tempérer une salle à 21 degrés. »


Sans l’analyse des données, les problèmes peuvent coûter des milliers de dollars. Grâce à cette technologie, les gestionnaires de bâtiments peuvent désormais prioriser plus intelligemment l’entretien de la machinerie et même prévenir les bris.


Comments


bottom of page